Saint-Simon Village Gabarrier

saint-simon-village-gabarrier-ecluse-juac IMG 0752 tAu hameau de Juac, à deux pas de Saint-Simon, sur la rive gauche, pratiquement en face du ponton de la gabarre « La Renaissance », vous pourrez découvrir la petite écluse de Juac, typique des nombreuses écluses qui parsèment le fil du fleuve. En balade à bord de « La Renaissance », vous pourrez même franchir cette écluse, construite en 1840. Pour cette étape n° 9 du circuit de découverte, vous devrez soit traverser le pont, soit profiter du franchissement de l'écluse lors de votre balade en gabarre sur la Charente.

Le fleuve Charente, au niveau de Juac, pouvait par le passé être traversé par un gué qui, au fil du temps, a été renforcé par des blocs de pierre, constituant ainsi un barrage qui contribuait à garder en eau un tronçon de la Charente durant les périodes sèches.

Notons que la voie gallo-romaine reliant Les Bouchauds à Jonzac, l'itinera minora, franchissait la Charente grâce à ce gué.

Dans le cadre des travaux pour la rendre naviguable, une première écluse à aiguilles avait été établie. Une seconde fut construite, rive gauche du fleuve. Elle a été maçonnée au-delà de la rive, puis un canal fut creusé en aval et en amont de la construction.

saint-simon-village-gabarrier-ecluse-juac IMG 0728 tsaint-simon-village-gabarrier-ecluse-juac IMG 0782 tsaint-simon-village-gabarrier-ecluse-juac IMG 0744 tsaint-simon-village-gabarrier-ecluse-juac IMG 0747 tsaint-simon-village-gabarrier-ecluse-juac IMG 0771 tsaint-simon-village-gabarrier-ecluse-juac IMG 0768 tsaint-simon-village-gabarrier-ecluse-juac IMG 0755 tsaint-simon-village-gabarrier-ecluse-juac IMG 0757 tsaint-simon-village-gabarrier-ecluse-juac IMG 0750 tsaint-simon-village-gabarrier-ecluse-juac IMG 0784 t

Depuis l'époque gallo-romaine, des bateaux naviguent sur la Charente jusqu'à l'océan et commercent activement, principalement depuis Saintes (Médiolanum). On sait aussi que Cognac et Jarnac existaient déjà et furent des ports très importants.

De l'époque gallo-romaine jusqu'au XVIe siècle, la navigation se pratique sur le cours naturel du fleuve Charente, sans véritable aménagement.

Au début du XIe siècle, on parle pourtant vaguement d’« exclusa » ou écluses très primitives.

Au début de la Renaissance, les meuniers accaparaient encore l'usage du fleuve, au détriment de la navigation, par des digues nécessaires à l'entrainement des roues de leurs moulins. C'est François Ier qui ordonna en 1526 la mise en état du fleuve par la réalisation de pertuis dits aussi “pas du Roi”, passages-écluses appelés par la suite écluses à aiguilles. Les premières installations de ce genre furent construites entre Angoulême et Jarnac.

Par la suite, à différentes époques, l'aménagement de la Charente n'a pas cessé, de manière discontinue, de bénéficier de travaux pour la rendre naviguable et régulariser le cours du fleuve. La construction de nombreuses écluses en découle (19 écluses construites entre Angoulême et Cognac).

Les écluses à aiguilles : elles étaient en fait de simples ouvertures aménagées dans les digues, avec une pente d'amont en aval, se composant de deux piliers droits verticaux aménagés souvent à même la roche, ou bien encore maçonnés avec de grosses pierres de taille, deux forts madriers de bois pour retenir quelques planches épaisses posées horizontalement les unes sur les autres, pour retenir les eaux.


Étape précédente (8) du circuit de découverte : le mât de gabarre

Prochaine étape (10) du circuit de découverte : anciens chantiers de Saint-Simon (rive gauche) et vue d'ensemble sur le village de Saint-Simon et les quais en bord de Charente

Reportages vidéos sur Saint-Simon

saint-simon-un-port-au-bord-de-la-charente-reportage-midi-en-francela-gabarre-de-saint-simon-reportage-mativi-frla-charente-de-saintes-a-angouleme-reportage-aleaulaterre-tv